Teatro de Alejandro Casona

En 1935 Alejandro Casona, poeta y dramaturgo español (1903-1965), publicó una obra teatral llamada Nuestra Natacha.

Nuestra Natacha cuenta la historia de una joven que ha logrado prepararse en Pédagogía. Natacha se va a encontrar por tanto en un ambiente universitario compuesto exclusivamente de hombres. Allí conocerá a Lalo, quien se enamorará de ella. Natacha será directora del Reformatorio de las Damas Azules, una institución penitenciaria. Natacha tendrá como objetivo, aquel de convertirlo en un lugar digno para las prisioneras.

Esta obra es relevante porque pone de relieve el papel de la mujer durante la Segunda República española (1931-1939) y a la vez subraya, por oposición, el retroceso que sufrió la mujer durante el franquismo (1939-1975). Así mismo la educación es el eje de la obra: recordemos que uno de los grandes avances de la Segunda República española fue el de las Misiones Pedagógicas.

Esta obra teatral tuvo gran acogida entre los intelectuales América latina no sólo por el contacto directo del dramaturgo exiliado que recorrió Francia y varios países latinoamericanos sino también por la voluntad de apoyo a la democracia española. Estos países fueron entre otros, Argentina (donde también se radicó), Costa Rica, Ecuador, México y Brasil.

Cito a continuación una definición de héroe. Le dice Natacha a su tío:

« Y yo pienso, tío Santiago, que el único valor estimable es este: no el de los héroes brillantes, sino el de tantos humildes que luchan y trabajan en las últimas filas humanas, que no esperan la gloria, que sienten el miedo y el dolor de cada día… ¡pero están en su puesto! »

A través de este personaje se puede observar una definición de Héroe ( o heroína) que enfoca a los anónimos pero que se distinguen socialmente por pertenecer a la clase oprimida y explotada. Discurso marxista cierto pero no sin interés en estos tiempos en que se puede observar que las prebendas son dadas a personas que no han hecho el mínimo esfuerzo heroico.

 

Exposition de photos : Mémoire de l’exil républicain espagnol

Exposition de photos au CDI

Mémoire de l’exil républicain espagnol dans la  ville rose 1936-1975

guerrilleros-ffi

Les élèves de Madame Moret de la Seconde OIB du Lycée Saint-Sernin ont visité les endroits d’intégration des réfugiés espagnols à Toulouse durant les années 1936-1975 pour  s’imprégner d’Histoire et vous faire visiter la Mémoire collective espagnole et française.

Todos los Derechos reservados ©

2666 de Roberto Bolaño sur les planches à Toulouse

Samedi 26 novembre au TNT de Toulouse Julien Gosselin et les interprètes de sa compagnie ont été ovationnés. Le public s’est régalé de l’excellent travail de mise en scène du roman 2666 de l’écrivain chilien Roberto Bolaño. Ce travail de longue haleine est d’une originalité remarquable par le jeu et la diversité qui se sont déployés durant les cinq parties de la représentation,  d’une durée de 11h05 avec quatre entractes. Malgré cette longueur exceptionnelle, le public est resté en haleine d’un bout à l’autre.

Roberto Bolaño dans son roman met en avant l’importance de la Mémoire et de la Littérature, et cela est bien présent dans cette adaptation théâtrale. Un pari gigantesque : par exemple, comment tisser ses cinq parties sur les planches ? Comment ne pas lasser le public lors de la représentation des deux parties « La partie de Fate » « La partie des crimes », dont le contenu est dur, et alors que plus de quatre heures se sont déjà passées ? Là encore pari gagné !

C’est une oeuvre qui permet de réfléchir aux rôle des intellectuels dans la société, aux faits historiques qui ont marqué le vingtième siècle, et à l’oubli. Les mises en abîme déployées par des techniques théâtrales (comme l’utilisation de la vidéo en direct en noir et blanc) concourent à la réussite de la représentation.

Vous avez un roman total ; vous avez désormais un spectacle total.

Marlene Moret

 

Canto a mis seres queridos


“Tu risa” est un poème de “Les vers du capitaine” du poète chilien Pablo Neruda. Il fut récompensé par le Prix Nobel de Littérature en 1971, deux avant sa mort. En 1952 durant son exile sur l’île de Capri (Italie) Neruda escrivit ce poème dont la muse est sa troisième épouse, Matilde Urrutia.

Les élèves de Seconde d’Option Internationale au Baccalauréat du Lycée Saint-Sernin de Toulouse après avoir compris et parlé sur ce poème (voir « Ressources pédagogiques ») ont rédigé un poème en devoir maison ; la tâche était de s’inspirer de l’un de leurs êtres chers en mettant en valeur ce qu’ils aiment le plus chez elle/lui. Bref, faire comme Neruda !

Le but est de leur apprendre à écrire en espagnol mais aussi à réfléchir sur ce qui les entoure. Bonne lecture !

Marlene Moret

Lire la suite

Réécriture. Jean Cocteau et le Sphinx

Voici quatre variations autour du thème du Sphinx.

Ici nous verrons la réécriture que fait  Jean Cocteau du mythe du Sphinx, de l’oeuvre de Voltaire, de celle de José María de Heredia et d’Albert Samain. Texte en français et en espagnol.

Jean Cocteau

Jean Cocteau (1989-1963), La Machine infernale, Acte II, extrait (1932).

La máquina infernal, Acto II, fragmento (1932).

Lire la suite

Réécriture. Œdipe de Voltaire

Voici quatre variation autour du thème d’Œdipe et le Sphinx. Ici nous verrons la réécriture que fait Voltaire du mythe d’Œdipe connu par l’oeuvre de Sophocle, Œdipe roi. (Ve siècle av. J-C).

Voltaire. Œdipe, (1718). Acte I, scène 1, vers 36-68.

Edipo. Acto I, escena 1, versos 36-68.

He mantenido la métrica pero no la rima.

Recuerden: El alejandrino francés tiene doce sílabas mientras que el español tiene catorce.

Escena de exposición de la tragedia Edipo. Tras cuatro años de ausencia, el tebano Dimas le cuenta a su amigo que el rey Layo fue asesinado y que hubo una terrible plaga.

Lire la suite